-A +A
Partager sur Facebook
TÊTES D'AFFICHE

TÊTES D'AFFICHE

Prix Florence : Félicitations à Audrey Chouinard, lauréate de la catégorie Pratique collaborative

Audrey Chouinard, inf., M. Sc. inf., conseillère en soins spécialisés en oncologie au Centre hospitalier de l’Université de Montréal

Quelles sont vos plus grandes réalisations en carrière?

Parmi les projets que je mène, je peux vous parler de deux projets interprofessionnels, selon moi, mes plus grandes réalisations.
Le premier concerne la chimiothérapie orale à domicile, déployé à la fin de 2016, qui a d’ailleurs remporté le prix du Programme québécois en cancérologie-évolution de la pratique en 2019 et le prix Innovation clinique de l’Ordre régional des infirmières et infirmiers de Montréal/Laval en 2018. Ce projet interprofessionnel a permis de standardiser la façon de faire, mais également d’assurer une pratique sécuritaire à domicile pour les patients et leurs proches. Devant un nombre croissant de la clientèle atteinte de cancer ayant recours à la chimiothérapie orale, on constate des risques associés à ce traitement, soit la manipulation non sécuritaire des produits, le manque d’assiduité au traitement et la gestion sous-optimale des effets secondaires. Afin d’y remédier, je me suis entourée d’une équipe interprofessionnelle incluant un patient partenaire, afin de m’attaquer rapidement aux risques. Des séances d’apprentissage interactif de groupe abordant la manipulation sécuritaire et la gestion des déchets, l’assiduité au traitement, la gestion des effets secondaires et la présentation de l’équipe interdisciplinaire ont été mises en œuvre. Ont également été développées des fiches d’information sur les notions abordées durant la séance d’apprentissage et les suivis réalisés par le personnel infirmier permettant de voir plusieurs patients simultanément et de briser l’isolement de cette clientèle. Les séances d’apprentissage sont offertes sous forme de capsule en ligne en tout temps. Afin d’en faire bénéficier le maximum de patients, ce projet a été créé dans l’optique d’être exporté. Actuellement, il bénéficie non seulement à la clientèle oncologique du CHUM, mais aussi à plusieurs autres dans la province.

Le deuxième projet, qui a été déployé en juin 2020, est la création d’un nouveau cheminement clinique pour la clientèle oncologique suspectée de neutropénie fébrile, considérée comme une urgence oncologique. En réponse à une prise en charge sous-optimale de cette clientèle, notamment un manque d’harmonisation dans les processus et les prescriptions, ainsi que des longs délais avant l’administration de la première dose d’antibiotique intraveineuse, ce projet a vu le jour. Ayant pour objectif d’améliorer la sécurité et la qualité des soins et d’optimiser l’utilisation des milieux ambulatoires afin d’éviter le recours au service d’urgence et les hospitalisations, j’ai été en mesure de mobiliser deux patients partenaires, ainsi que 24 professionnels provenant de plus de 12 services différents autour de ce projet. Grâce à cette équipe interprofessionnelle colossale, les travaux ont mené à la création d’un cheminement clinique, de critères pour l’orientation de ses patients, des corridors de services, d’une ordonnance collective et d’une préimprimée, d’un protocole interdisciplinaire et d’une feuille de note pour l’infirmière ou l’infirmier. Ce projet a eu un impact important sur le rôle autonome du personnel infirmier à l’urgence qui, à la suite de son évaluation, peut, grâce à l’ordonnance collective, amorcer l’investigation pour cette urgence oncologique ET administrer la première dose d’antibiotique intraveineuse avant l’évaluation de l’urgentologue, permettant ainsi d’atteindre les cibles dans les délais d’administration, telles que recommandées par les lignes directrices internationales. Ce projet a également permis l’optimisation de la prise en charge de cette clientèle ainsi que la diminution des durées de séjour à l’urgence. Tout au long de l’implantation, je me suis assurée non seulement de donner la formation, mais également d’agir en tant que modèle de rôle/coach en soutenant les acteurs impliqués dans ce changement. Déployé depuis quelques mois, un processus rigoureux de suivi, d’évaluation et d’amélioration continue est en place et l’impact positif se fait déjà sentir auprès de la clientèle.

De quelle manière le personnel infirmier peut-il au quotidien avoir une pratique davantage collaborative?

Avec la complexité grandissante des problèmes de santé qui touchent nos différentes clientèles et notre société, il est irréaliste de penser qu’une seule personne détient toutes les connaissances et compétences pour répondre à l’ensemble des besoins de santé. Donc, selon moi, la pratique collaborative est la solution la plus logique et la plus bénéfique pour notre clientèle. Mes parents m’ont appris que « deux têtes valent mieux qu’une », alors, pour moi, la pratique collaborative peut s’incarner autant dans les soins du quotidien (ex. : infirmière qui désire mobiliser davantage un patient, mais qui discute et remplit une demande de consultation avec une physiothérapeute, car elle a évalué un risque de chute) ou dans les soins plus complexes (ex. : infirmier qui organise une réunion interdisciplinaire incluant le patient pour discuter d’une meilleure organisation ou planification des traitements pour répondre aux besoins plus complexes mentionnés par le patient). Selon moi, avoir une pratique collaborative est reconnaître et utiliser son plein champ d’exercice en tant qu’infirmière ET aussi reconnaître le plein champ d’exercice de l’ensemble des professionnels de la santé avec qui nous avons la chance de travailler.

En tant qu’experte, de quelle façon envisagez-vous l’amélioration du réseau de la santé?

C’est ironique, après 17 ans de carrière comme infirmière en oncologie, j’ai développé une certaine expertise, mais j’ai toujours le sentiment d’avoir encore beaucoup à apprendre. Plus j’utilise mon plein champ d’exercice, plus je réalise à quel point notre profession est incroyable et quasi illimitée. Nous pouvons pratiquer dans plusieurs milieux de soins, en promotion et en prévention, à différents niveaux organisationnels, en recherche, en politique, etc.

Bref, à cette question, je répondrais : en faisant continuellement preuve de curiosité, en étant à l’écoute des besoins, en utilisant notre plein champ d’exercice, peu importe où nous pratiquons, en reconnaissant le plein champ d’exercice des autres professionnels et si nous avons des idées d’amélioration du système de la santé, peu importe l’envergure, dans lesquelles nous croyons viscéralement, en persévérant. Même si nous obtenons des refus, nous devons travailler nos argumentaires, interpeller d’autres parties prenantes et continuer de pousser nos idées. Nous devons nous fier à notre jugement clinique, dans un sens à notre instinct professionnel, et si celui-ci nous conduit à vouloir apporter des solutions, nous devons nous y fier et persévérer pour nous faire entendre.

Quel message aimeriez-vous transmettre à la relève infirmière?

Cela va sembler simpliste comme réponse : avoir du plaisir au travail. S’il y a des éléments qu’elle aime moins, tenter de les changer en trouvant des solutions. D’apprendre des autres professionnels de la santé et surtout de nos patients. D’écouter, d’analyser et de tenter de trouver la meilleure intervention pour répondre aux besoins de ses patients, tout en étant en mesure d’y glisser un brin de folie, de modestie et beaucoup de rires. Pour moi, le bonheur de pratiquer comme infirmière peut se trouver dans la réalisation de projets d’envergure, mais également lorsqu’un patient se souvient de vous, car vous avez été en mesure de l’écouter et de lui offrir la meilleure intervention qui répondait à son besoin de santé. Il n’y a rien de plus gratifiant selon moi.

Je dirais aussi de tenter d’être régulièrement en mode solution, de persévérer en présence d’idées d’amélioration. D’être soi-même et de continuer à partager sa vision, ses connaissances et compétences.

En fait, c’est ainsi que j’ai commencé ma carrière et c’est ainsi que je souhaite la terminer.

Recherche

Mots clés

TD