-A +A
Partager sur Facebook
MOT DE LA PRÉSIDENTE

MOT DE LA PRÉSIDENTE

En premier lieu, je remercie les infirmières et infirmiers de notre région de Montréal et de Laval pour leur travail accompli depuis le début de cette pandémie. Notre région en a largement souffert en étant l’épicentre au Québec. Grâce à la communauté infirmière, les patients ayant souffert de la COVID-19 ont reçu des soins de qualité. Vous avez été et êtes encore les plus concernés dans les activités de dépistage, les hospitalisations dans les unités de soins de courte et longue durée, les urgences et les soins intensifs, ainsi que dans les activités de première ligne. Grâce à votre contribution, le réseau de santé montréalais et lavallois a traversé cette crise, même si certains jours furent difficiles. ENCORE MERCI!

L’année 2020 est une année de bilan, puisque je vous annonce la fin de mon mandat à la présidence de l’ORIIM/L le 9 novembre 2020. Après 10 ans comme présidente du Conseil de section, je cèderai ma place à la personne qui sera élue le 6 octobre 2020. Toutefois, afin d’assurer une transition harmonieuse, je terminerai mon mandat (2018-2022) au Conseil, à titre de conseillère avec la nouvelle présidente.

Je suis fière de ce qui a été accompli au cours de ces 10 dernières années. Comme premier objectif, je m’étais fixé de travailler activement avec l’OIIQ à l’avancement des dossiers portés par son Conseil d’administration (CA). En effet, mise au courant des différents dossiers et diverses orientations provinciales, je les ai fait émerger dans notre région, puisque je siégeais au CA de l’OIIQ et à titre de vice-présidente du Conseil, les deux dernières années. À ceux qui se souviennent, je parle ici de divers chantiers : l’introduction de la norme de formation continue, les modifications du Code de déontologie, l’introduction des cyberjournaux, l’utilisation de plus en plus marquée des communications électroniques et, principalement, la réforme de l’élection des délégués avec un chiffrer électronique et le principe des urnes électorales, la création du rôle des infirmières praticiennes, etc.

Au cours de ma présidence à l’ORIIM/L, j’ai poursuivi les actions de mes prédécesseurs en soutenant le développement professionnel des membres, par l’octroi de financement pour rembourser des frais de scolarité, des frais de congrès et de colloques. À cela s’est ajouté un soutien financier pour les infirmières et infirmiers qui entreprenaient une spécialisation dans le cadre d’une certification canadienne de l’Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC). Concernant les actions pour soutenir le rehaussement de la formation initiale de la relève, notre programme de bourses d’études a été revu et, annuellement, nous offrons 10 bourses afin de favoriser les études de premier cycle en soins infirmiers. Cela représente, en plus, près de 100 000 $ en soutien financier pour le développement de la formation au 1er cycle au cours des 7 dernières années. 

Avec l’introduction de la norme de formation continue, nous avons entendu les demandes des membres et avons, en 2017, créé un Comité de formation, afin d’offrir un programme de formations complémentaires à celui de l’OIIQ. Des formations courtes sur des sujets préoccupants pour les infirmières et infirmiers de la région de Montréal/Laval. Grâce aux efforts des membres du Comité, ces formations ont été couronnées de succès. Par contre, en 2020, notre programme est suspendu temporairement en raison de la pandémie.

Un autre volet dont je suis fière : le Comité jeunesse de l’ORIIM/L. Le Conseil de section et moi-même l’avons soutenu activement dans la réalisation de ses activités et différents projets au fil des années. Dès la création des Comités jeunesse, celui de la région de Montréal/Laval s’est démarqué et a fait preuve d’un dynamisme sans pareil. Dans son sein, il a pu compter sur des infirmières et infirmiers de la relève impliqués dans les causes pour faire avancer les grands enjeux en complémentarité avec les campagnes provinciales, entre autres l’attraction pour la profession et le soutien financier pour rehausser la formation initiale pour la relève. Depuis, ce soutien se poursuit avec les activités de réseautage des différents comités de la relève infirmière (CRI) des divers milieux. La relève de notre région est motivée et dynamique.

Autre élément important pour moi : la santé financière de notre organisme. Tout au long de ma présidence, je me suis préoccupée de la façon de dépenser la subvention régionale afin d’en redonner le plus possible aux membres. Comme toute bonne infirmière, j’ai constamment cherché comment économiser et diminuer les différents coûts. Un grand merci à notre adjointe administrative, Annick Brais, qui tient la barre.

Je remercie aussi les membres du Conseil de section qui terminent leur mandat le 9 novembre : Lise Bertrand, Mario Fortier, Annick Leboeuf, Marie-Andrée Ulysse et Louise Villeneuve pour leur contribution au cours des dernières années.

Josée F. Breton
Présidente de l’ORIIM/L
Vice-présidente CA OIIQ

Recherche

Mots clés

TD