-A +A
Partager sur Facebook
CLINIQUEMENT VÔTRE

CLINIQUEMENT VÔTRE

L'infirmière pivot en oncologie (IPO) : un rôle méconnu, essentiel et passionnant

Auteure : Marjorie Langlais, infirmière clinicienne, IPO en collaboration avec Manon Coulombe, M. Sc. inf, IPO au CISSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal

En ce mois de la sensibilisation au cancer du sein, l’équipe du cyberjournal m’a offert l’occasion de vous présenter un rôle infirmier encore méconnu et pourtant essentiel dans le suivi des femmes atteintes du cancer du sein, soit celui d’infirmière pivot en oncologie (IPO). Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez les femmes au Canada. On estime qu’une femme sur huit en sera atteinte au cours de sa vie (Ruban rose, 2021). C’est une maladie qui représente son lot de défis pour les personnes touchées.

Afin de mieux accompagner ces femmes ainsi que leurs proches, le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (MSSS) a créé, au début des années 2000, le rôle d’infirmière pivot en oncologie (MSSS, 2008). J’ai eu rapidement le privilège de pratiquer ce rôle dès la fin de mes études universitaires, et ainsi, de développer mon plein potentiel en tant qu’infirmière. Être IPO nécessite un grand leadership et beaucoup d’autonomie, compétences que j’ai développées au fil des années et de ma pratique.

Le rôle d’IPO est centré sur quatre axes :

  1. Évaluer les besoins de la personne atteinte d’un cancer et ceux de ses proches, et s’assurer de répondre à ces besoins
  2. Informer la personne atteinte d’un cancer et ses proches.
  3. Soutenir et accompagner la personne atteinte d’un cancer et ses proches. 
  4. S’assurer de la continuité des actions entre les professionnels et entre les lieux de traitements (De Serres & Beauchesne, 2000).

Dans mon quotidien, cela se concrétise par une pratique variée et collaborative avec différents membres de l’équipe interdisciplinaire autant en oncologie qu’avec les autres spécialités telles que les travailleurs sociaux, les psychologues, les médecins, les pharmaciens. J’assure aussi la coordination avec d’autres partenaires du réseau, comme les équipes des CLSC et de la Société des soins palliatifs à domicile du Grand Montréal (SSPAD). Mes interventions visent toujours à aider les femmes à développer leur capacité d’empowerment, qui mise sur la capacité d’affronter les défis amenés par le cancer et aide à regagner le contrôle sur la situation.

À l’hôpital Maisonneuve-Rosemont, les femmes atteintes de cancer du sein sont dirigées vers l’IPO à la suite de l’annonce d’un diagnostic de cancer nécessitant un traitement systémique. À ce moment, l’infirmièredu Centre de référence pour investigation désigné (CRID) commence une évaluation afin de bien cerner les besoins de chaque patiente. Cette collaboration avec l’équipe du CRID me permet, en tant qu’IPO, de pouvoir compléter l’évaluation initiale et de poursuivre plus rapidement mes interventions et mon accompagnement entamés lors du diagnostic. Une partie importante de ma pratique est de répondre aux besoins d’informations des patientes avant l’amorce de différents traitements, telle la chimiothérapie intraveineuse. L’enseignement est central dans les soins que je dispense et répond à un besoin important nommé par les personnes atteintes de cancer. Celles-ci ont d’ailleurs mentionné que « le fait d’être informées aide à diminuer l’état d’anxiété et à cheminer sur le plan émotionnel » (Hébert & Fillion, 2011). Mon rôle d’enseignement est intimement lié au soutien émotionnel que j’offre. Les périodes d’enseignement deviennent souvent des occasions de donner la voix aux femmes et de leur permettre de s’exprimer sur leurs expériences et inquiétudes, et ce, dans un espace sans jugement. Toujours selon Hébert et Fillion (2011), le besoin de soutien émotionnel a été nommé comme le premier besoin chez plus de la moitié des personnes atteintes de cancer. En tant qu’infirmière pivot, j’ai le privilège d’accompagner des femmes qui sont à différents moments de leur trajectoire de soins. Ainsi, je peux, dans la même journée, assister une femme dans la gestion des effets secondaires de sa chimiothérapie à but curatif et, un peu plus tard, collaborer avec ma collègue infirmière pivot en soins palliatifs, afin de favoriser la prise en charge optimale d’une femme en fin de vie. Certaines de mes interventions sont en présentiel, d’autres téléphoniques et parfois même virtuelles.

Le fait d’être impliquée dans toutes ces étapes cruciales et de savoir que mon travail a un impact positif est stimulant. Des résultats obtenus par Filion et Hébert (2011) confirment que l’infirmière pivot répond aux besoins émotionnels et informationnels, et ce, tout au long de la trajectoire de soins. Il est important que les femmes atteintes de cancer du sein sachent que l’accompagnement par une IPO est disponible dans la majorité des centres hospitaliers. La présence d’une IPO est définitivement une valeur ajoutée pour ces femmes. Un article de Loiselle et al. (2020) rapporte d’ailleurs que 83,5 % des personnes interrogées ont mentionné que l’infirmière pivot en oncologie était « très ou extrêmement utile ».

Pour conclure, l’infirmière pivot joue un rôle central et essentiel dans les équipes interdisciplinaires d’oncologie. C’est un rôle passionnant qui permet de mettre à profit l’éventail de mes compétences infirmières et d’être en constant apprentissage, le domaine de l’oncologie évoluant rapidement. Être IPO m’a permis de gagner beaucoup de confiance en mes capacités d’évaluation et d’intervention, en plus de faire une différence positive dans la vie des femmes que j’accompagne. 

Bibliographie :

Loiselle, C. G., Attieth, S., Cook, E., Tardif, L., Allard, M., Rousseau, C., Thomas, D., Saha-Chaudhuri, P. & Talbot, D. (2020). L’Infirmière pivot associée à une expérience de soins oncologiques positives et à une satisfaction accrue des patientes. Canadian Oncology Nursing Journal, 30(1). https://doi.org/10.5737/236880763015460

Hébert, J. & Fillion, L. (2011). Mieux comprendre la fonction de soutien de l’infirmière pivot en oncologie (IPO) selon la perspective d’IPO et de personnes atteintes de cancer : première parte. Canadian Oncology Nursing Journal, 21(1). http://www.canadianoncologynursingjournal.com/index.php/conj/article/view/168

De Serres, M. & Beauchesne, N. (2020, novembre). Lintervenant pivot en oncologie : Un rôle d’évaluation, dinformation et de soutien pour le mieux-être des personnes atteintes de cancer. Document de réflexion. Conseil québécois de la lutte contre le cancer.

Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec. (2008). Rôle de l’infirmière pivot en oncologie- Comité consultation des infirmières pivots en oncologie. https://www.msss.gouv.qc.ca/inc/documents/ministere/lutte-contre-le-cancer/role-infirmiere-pivot_juil2008.pdf

Ruban rose. (2021, 29 juillet). Statistique cancer du sein. https://rubanrose.org/minformer/a-propos-du-cancer-du-sein/statistiques-sur-le-cancer/

Recherche

Mots clés

TD