-A +A
Partager sur Facebook
COMITÉ JEUNESSE

COMITÉ JEUNESSE

La santé mentale: pas uniquement dans les unités psychiatriques!

En tant qu’infirmières et infirmiers, nous rencontrons des patients ayant toutes sortes de besoins. Quand nous travaillons dans une unité dédiée aux soins de psychiatrie, nous pouvons nous attendre à ce que la santé mentale soit le point focal de notre pratique, mais qu’en est-il des autres milieux de soins? Avec le contexte actuel de pandémie, nombre de Québécoises et Québécois rapportent avoir de nouveaux besoins en santé mentale, et ces individus nécessitant des soins psychiatriques peuvent se présenter dans toutes sortes de milieux de soins. Ce qui existait avant cette pandémie, peu importe le niveau de confort et d’expertise par rapport aux besoins de santé mentale des infirmières et infirmiers qui y travaillent. Comme ce personnel doit offrir des soins holistiques, il faut savoir comment aborder ces besoins. Avec cet article, je souhaite offrir au lectorat un guide abrégé pour l’évaluation de la santé mentale, qui peut être suivi avec tous les patients que nous croisons dans notre profession.

  1. L’évaluation psychiatrique, pour tous les milieux

    Parfois, il suffit de poser une question pour commencer une conversation sur la santé mentale. Par exemple :

  • Comment trouvez-vous votre humeur ces temps-ci?
  • Avez-vous remarqué des changements dans votre santé mentale? Bien que vous soyez ici pour « X », il est important pour moi de poser cette question.

    Ces questions ne sont que des exemples, et il existe plusieurs façons d’amorcer une évaluation de la santé mentale. L’important est de trouver un vocabulaire inclusif, libre de jugements, avec lequel vous êtes à l’aise pour bien répondre aux besoins de vos patients.

    Voici une courte évaluation qui vous aidera à obtenir l’historique psychiatrique du patient afin de mieux comprendre la présentation actuelle.

  • Obtenir l’historique psychiatrique du besoin actuel.

Pendant leur formation, un grand nombre d’infirmières et d’infirmiers apprennent la méthode « PQRSTUI » pour l’évaluation de la douleur. Je vous propose une version adaptée pour évaluer les besoins de santé mentale actuels de votre patient.

  • Provoqué par ou pallié par : Avez-vous remarqué si quelque chose provoque ou pallie vos symptômes?
  • Quantité : Sur une échelle de 0 à 10, 0 étant « pas du tout » et 10 étant « le pire à ce jour » comment qualifieriez-vous vos symptômes actuels?
  • Signes et symptômes : Remarquez-vous des signes et symptômes associés à vos besoins en santé mentale (difficulté avec le sommeil, changement de l’appétit ou de poids, douleurs physiques, autres)? 
  • Temps : Quand ces symptômes sont-ils apparus? Sont-ils présents tous les jours, pendant toute la journée? Y a-t-il des moments plus difficiles?
  • Understanding : Quelle est votre compréhension de ces symptômes?
  • Incidence : Quelle incidence ces symptômes ont-ils sur votre vie de tous les jours?
  • Obtenir l’historique familial psychiatrique :
  • Y a-t-il un historique de diagnostics psychiatriques dans votre famille?
  1. Le travail multidisciplinaire
  • Une grande partie des milieux de soins unissent plusieurs professionnels pour offrir des soins complets à leurs patients. Dans ce cas, il sera possible de diriger l’individu et sa famille vers une professionnelle ou un professionnel de santé mentale.
  • Discuter des cas qui vous semblent plus lourds avec vos collègues est aussi une bonne idée, peut-être n’avez-vous pas pensé à leurs suggestions!
  1. Quelques ressources à offrir 
  • Si vous travaillez dans un milieu ne comptant pas de professionnels en santé mentale dans votre équipe, vous pouvez diriger vos patients vers leur CLSC, où des services spécialisés sont offerts.
  • Sachant que ces services des CLSC peuvent prendre du temps avant d’aider vos patients, voici d’autres ressources communautaires disponibles dans la région de Montréal/Laval :
    • AMI Québec
    • Jeunesse, J’écoute (pour les jeunes)
    • Info-Santé 811 
    • Pour des besoins plus spécifiques, visitez le site Web : www.esantementale.ca pour faire une recherche ciblée avec l’adresse résidentielle désirée
    • En cas de besoins immédiats, rappelez aux patients la possibilité de se présenter à l’urgence la plus proche.
  1. La santé mentale de l’infirmière ou de l’infirmier 
  • En tant que professionnelles et professionnels de la santé, nous laissons parfois de côté notre santé pour prendre soin de celle des autres. Dans le contexte actuel, sachant que nombre d’infirmières et d’infirmiers travaillent sans pause et sans répit, il ne faut surtout pas s’oublier.
  • Donc, je vous encourage à faire l’évaluation ci-dessus, à accéder à des ressources en santé mentale et à discuter avec vos proches et vos collègues au besoin.

J’espère que cet article aidera à aborder de manière holistique la santé mentale des patients, familles, infirmières et infirmiers de la région de Montréal et Laval.

Valérie Duff-Murdoch, infirmière clinicienne en pédopsychiatrie, étudiante IPSSM, coordinatrice du sous-comité vie associative et secrétaire du Comité jeunesse de l’ORIIM/L.

Référence : Carlat, D. J. (2005). The psychiatric interview: A practical guide. Lippincott Williams & Wilkins.

Recherche

Mots clés

TD