-A +A
Partager sur Facebook
ACTIVITÉS LÉGALES

ACTIVITÉS LÉGALES

Un triplé pour l’ORIIM/L au Congrès 2020 de l’OIIQ

L’Assemblée générale annuelle (AGA) 

Le 9 novembre dernier s’est tenue l’AGA 2020 de l’OIIQ. Pour la première fois, cette grande rencontre annuelle s’est déroulée en mode virtuel. Dès le début, le quorum était atteint avec 835 délégués branchés parmi les 1039 élus. Une participation remarquable compte tenu du nouveau mode utilisé.

Lors de cette Assemblée, le président, M. Luc Mathieu, a présenté quelques éléments de son rapport annuel, notamment les ajustements qui ont été nécessaires pour lutter contre la pandémie, la réflexion en cours sur le racisme systémique et la nécessité de mettre en place de la formation continue portant sur le multiculturalisme et l’ethnoculturel. Aussi, une proposition concernant les frais de l’examen d’entrée dans la profession a été débattue. L’Assemblée a recommandé que les frais exigés pour l’examen d’entrée soient équivalents au coût de la dépense. De plus, une consultation sur la possibilité d’augmenter la cotisation 2021-2022 de 2 % a été tenue et le vote consultatif qui s’en est suivi s’est avéré en désaccord avec cette proposition.

L’AGA s’est clôturée par l’annonce de la poursuite du mandat à la présidence de M. Mathieu reconduit dans ses fonctions pour quatre ans.

À la suite de l’AGA, le Congrès de l’OIIQ 2020 s’est poursuivi par la remise de trois prix prestigieux et l’ORIIM/L s’est démarqué puisque les lauréates et lauréats font partie de la région.

Remise de prix : un triplé pour l’ORIIM/L 

Mme Suzanne Durand, infirmière chevronnée, a reçu le prix Mérite du Conseil interprofessionnel du Québec 2020. Ce prix est décerné à un professionnel recommandé par son ordre pour son importante contribution à sa profession ou au développement de son ordre professionnel. Par son implication tant au sein de l’OIIQ que dans la formation des étudiantes et étudiants en soins infirmiers ou à titre clinique, Mme Durand est une infirmière d’exception qui est un modèle dans la profession.

Un prix a ensuite été décerné à M. Franco Carnevale, professeur titulaire à l’École des sciences infirmières Ingram de l’Université McGill. Il a reçu l’Insigne du mérite, la plus haute distinction décernée par l’OIIQ afin de rendre hommage à une infirmière ou un infirmier dont la carrière a contribué de manière exceptionnelle à l’avancement des soins infirmiers ou à la notoriété de la profession.

Finalement, le Grand prix Innovation clinique Banque Nationale 2020 a été présenté par le Dr Lionel Carmant à l’équipe du CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal. L’équipe clinique de l’Hôpital du Sacré-Cœur a remporté les honneurs avec son projet : Profil AINÉES intelligent. Cet outil informatisé optimise la prise en charge des personnes âgées. Ce projet présenté dans le numéro précédent du Cyberjournal et parmi les sept projets finalistes a été retenu pour représenter notre région. Ce prix vise à reconnaître les initiatives des infirmières et infirmiers. Il est doté d’une bourse de 3 000 $.

Le Forum virtuel 

Le Congrès s’est conclu par un Forum virtuel : Au cœur de l’expertise infirmière. Nous nous sommes interrogés sur la reconnaissance de l’expertise infirmière durant la pandémie. La chroniqueuse Marie Grégoire a animé ce forum en permettant à trois journalistes, Marie-France Bazzo, Emmanuelle Latraverse et Alec Castonguay, d’exprimer leur point de vue sur le sujet et à trois infirmières de partager leur vision de cette méconnaissance de l’expertise infirmière au sein de la population et du peu de place fait aux infirmières et infirmiers dans les médias. Le trio d’infirmières était composé de Diane Brault, Nathalie Pigeon et Lydia Ziani. Toutes les trois travaillent dans la région de Montréal, une autre belle reconnaissance pour l’ORIIM/L.

Ces échanges ont mis en lumière la nécessité de faire reconnaître l’expertise infirmière. En effet, notre profession est encore très méconnue et le personnel infirmier est largement perçu comme étant le subordonné du médecin ou un garde-malade par une grande partie de la population. Il faut rompre avec le concept de vocation associé au rôle de l’infirmière et de l’infirmier. Il faut leur laisser prendre toute la place que leur expertise leur permet d’occuper. Il est important d’avoir confiance en soi et de se faire connaître du public en passant par les médias. À ceux-ci, il faut transmettre de bonnes histoires dans lesquelles les gens se reconnaissent et dans un langage compris par la population.

Pour conclure ce Forum et se faire l’écho des discussions ayant eu cours, M. Mathieu, président de l’OIIQ, a annoncé la tenue d’États généraux de la profession infirmière les 20 et 21 mai 2021. Ils visent à affirmer le leadership clinique et politique de la profession afin de faire reconnaître notre expertise par une meilleure formation, plus d’autonomie et plus de connaissances pour renforcer le réseau post-pandémie. Les commissaires de ces États généraux seront : Francine Ducharme et Robert Salois.

Comme l’a dit monsieur Mathieu : « Il est temps de briser la culture de la discrétion ! »

Linda Langlais
Éditrice adjointe du Cyberjournal de l’ORIIM/L

Recherche

Mots clés

TD