-A +A
Partager sur Facebook
COMITÉ JEUNESSE

COMITÉ JEUNESSE

Le bloc opératoire, un rôle infirmier?

Les milieux de pratique en soins infirmiers sont multiples. Dans le domaine hospitalier, une multitude de choix s’offrent à nous, dont le bloc opératoire où il est par ailleurs possible de tenir plusieurs rôles infirmiers. Ce département se différencie grandement des autres unités et du rôle clinique habituel de l’infirmière ou l’infirmier. Comme, au Québec, il n’existe pas de formation universitaire pour préparer le personnel infirmier à travailler au bloc opératoire, la formation est plus longue par comparaison à d’autres unités de soins.

Dans les milieux privés et les différents hôpitaux, le fonctionnement, les spécialités pratiquées et l’étendue du rôle de l’infirmière ou de l’infirmier varient. Parmi les spécialités se trouvent la chirurgie générale, l’orthopédie, la neurochirurgie, la chirurgie cardiaque, la chirurgie thoracique, l’ORL, la plastie et plusieurs autres. Puis, au sein d’une même spécialité, diverses chirurgies sont pratiquées. Par exemple, en chirurgie générale, la mastectomie, la résection intestinale, l’appendicectomie, etc. Le choix de la technique opératoire, ouverte « tomie », fermée « scopie », par robotique, ou toute autre technique, dépend des préférences et de l’évaluation du chirurgien. Ainsi, une multitude de chirurgies sont effectuées chaque jour et simultanément au bloc opératoire.

Dans ce département, le personnel infirmier est en général appelé à faire du service externe. On parle alors d’infirmière ou d’infirmier externe. Son rôle, de façon très sommaire, consiste à coordonner l’équipe de soins (infirmière ou infirmier auxiliaire, préposé aux bénéficiaires) afin de planifier et de préparer les chirurgies de la journée et du lendemain, et à partir de son évaluation, à faire les ajustements nécessaires pour que la chirurgie se déroule bien. Ainsi, le personnel infirmier doit préparer le matériel et les instruments propres à chaque chirurgie et selon les spécialités des chirurgiens, quelles qu’elles soient. L’infirmière ou l’infirmier doit aussi configurer les appareils, préparer la salle, guider le préposé aux bénéficiaires dans l’installation du patient et le choix des dispositifs de positionnement, participer à l’asepsie et répondre aux demandes pré, per et postopératoires immédiates, et, enfin, assurer le respect des normes de stérilité de toutes les personnes en salle. Le personnel infirmier contribue au compte chirurgical. Enfin, dans certains milieux, il peut assister l’anesthésiste et faire l’évaluation préchirurgicale.

Le personnel infirmier est aussi appelé à faire du service interne. On parle alors d’infirmière ou d’infirmier interne. Son rôle est d’assurer le respect de la stérilité de son environnement, soit en préparant les instruments et le matériel de manière stérile et méthodique afin de répondre rapidement aux demandes chirurgicales. L’infirmière ou l’infirmier participe au compte chirurgical et doit connaître le fonctionnement des instruments, assister le chirurgien, répondre aux demandes chirurgicales, posséder une bonne dextérité, faire preuve de sang-froid et, surtout, anticiper les besoins pour assurer un déroulement harmonieux de la chirurgie.

Les autres rôles infirmiers au bloc opératoire sont divers, entre autres, l’infirmière-chef, l’assistante infirmière-chef, la conseillère en soins infirmiers, les chefs de salle, les infirmières et infirmiers de la salle de réveil et l’infirmière première assistante en chirurgie (IPAC). L’assistante infirmière-chef doit assurer la coordination des salles, des chirurgies et du personnel. La conseillère en soins infirmiers doit vérifier le respect des normes de pratique au bloc opératoire et l’adéquation de la formation. Les chefs de salle doivent garantir et planifier la disponibilité des implants et du matériel pour les chirurgies à venir, spécialement pour les chirurgies complexes ou peu fréquentes. Le personnel infirmier de la salle de réveil doit s’occuper du réveil, de l’hémodynamie et du soulagement des symptômes postopératoires. Enfin, l’IPAC, après un certificat spécialisé, peut contribuer de manière autonome à certains actes chirurgicaux (par exemple, prélèvement de la saphène).

Bref, le bloc opératoire constitue en soi une spécialité avec diverses possibilités d’avancement pour les infirmières et infirmiers. Son rôle principal est d’améliorer la santé du patient, d’assurer la qualité et la sécurité des soins offerts, de défendre les intérêts du patient et d’assumer un leadership dans sa pratique. Sa mission est donc essentielle et centrale au bloc opératoire. Il ne tient qu’à vous de le découvrir!

Catherine Mercier, B. Sc. inf.
Étudiante à la maîtrise, Pratique infirmière praticienne avancée, Université de Montréal
vice-présidente du Comité jeunesse

Recherche

Mots clés

TD