-A +A
Partager sur Facebook
COMITÉ JEUNESSE

COMITÉ JEUNESSE

Des infirmières et infirmiers, même en santé publique

Le rôle d’une infirmière ou d’un infirmier dans le domaine de la santé est très diversifié. En réfléchissant aux différents milieux possibles, la tendance est de considérer en général le milieu hospitalier ou communautaire. Or, la santé a bien plus à offrir : la santé publique en est un parfait exemple. D’autant plus, depuis la pandémie de la COVID-19.

Tout d’abord, la santé publique, c’est agir pour améliorer la santé de la population générale au lieu d’un individu. C’est mettre en place différentes interventions, divers programmes ou politiques publiques afin d’assurer une équité en matière de santé pour l’ensemble des individus. Par exemple, la mise en place des sites d’injections supervisées, la taxation sur le tabac, l’accessibilité au logement et bien plus. Dans ce secteur, la créativité de l’infirmière ou de l’infirmier peut être mise à profit, basée sur les données probantes, permettant d’innover dans des pratiques pas encore appliquées au Québec. La santé publique prend place mondialement et se spécialise dans des domaines précis comme la santé mondiale, la promotion de la santé, la santé environnementale, l’épidémiologie, et plus encore. Lors de la récente crise de la COVID-19, les infirmières et infirmiers en santé publique ont été extrêmement utiles pour les enquêtes épidémiologiques, les centres de dépistage et la création de divers milieux adaptés aux besoins de la population, comme le Royal Victoria pour les itinérants, etc.

À la base, la santé publique a plusieurs fonctions essentielles, soit la surveillance de l’état de santé de la population, la promotion et la protection de la santé, ainsi que la prévention des maladies. La crise actuelle permet de bien caractériser rapidement chacune de ces fonctions. En passant par la quarantaine et les campagnes de « marketing social » concernant la prévention, le confinement qui réfère à la protection, les enquêtes épidémiologiques qui en appellent à la surveillance et la promotion des saines habitudes comme l’hygiène des mains, ainsi que la distanciation sociale qui fait référence à la promotion.

Ainsi, la santé publique fait une différence dans la population en favorisant la santé pour toute la population. Elle est encore plus importante compte tenu des multiples inégalités qui nous entourent, telles que l’accès à l’eau potable et au logement abordable ou tout simplement l’obésité. Il ne faut pas avoir peur de sortir des sentiers battus et d’aller explorer ailleurs qu’à l’hôpital. Cette diversité assurera un monde en meilleure santé.

Pamella Pepin, B. Sc. inf.
Étudiante à la maîtrise, École de santé publique, Université de Montréal
Membre du Comité jeunesse

Recherche

Mots clés

TD